Le mouton: un des animaux domestiques les plus prolifiques

  Le mouton est l'un des animaux  domestiques les plus prolifiques doté d'une vaste diversité génétique et d'un  important potentiel de reproduction pour satisfaire les besoins alimentaires  humains, selon une étude publiée mardi qui retrace son évolution depuis 11.000  ans.  Ces travaux réalisés à partir de séquençage du génome de cet ovidé ont pu  reconstituer l'influence de l'homme au cours des siècles pour le façonner aux  divers environnements et améliorer la production de viande, de lait et de  laine, expliquent ces chercheurs.   L'étude a identifié des régions particulière du génome du mouton qui  paraissent avoir changé rapidement en réponse à la sélection de gènes  contrôlant la couleur de la toison, la taille de l'animal, sa reproduction et  surtout l'absence de cornes, l'un des premiers objectifs des croisements  sélectifs effectués par les humains.   En détaillant ce qui a caractérisé la domestication du mouton et ses  migrations à travers le globe, cette recherche conforte et enrichit également les connaissances actuelles sur les mouvements migratoires des populations  humaines tout au long de l'Histoire, relève James Kijas, de l'Agence  scientifique nationale australienne (CSIR0), principal auteur de cette  recherche.    Cette communication paraît en ligne dans la revue américaine PLoS (Public  Library of Science) Biology datée du 7 février    Cette équipe scientifique a pu retracer les liens génétiques entre 2.819  moutons qui appartiennent à 74 races différentes à travers le monde en  comparant 50.000 molécules d'ADN à travers le génome.  Ils ont pu ainsi détecter les conséquences génétiques de la domestication  et de la division en plusieurs centaines de races qui en a découlé.   "Nous avons découvert que la majorité des populations de moutons abrite une  très grande diversité génétique et ont maintenu un nombre d'individus beaucoup  plus grand que la plupart des autres (espèces) d'animaux d'élevage ou chiens de  race, laissant penser que la domestication s'est produite à partir d'une base  génétique étendue", précisent ces chercheurs   

 

Algérie- ennaharonline

 

 

COMMENTAIRES