Accueil | Actualité | Egypte: acquittement confirmé pour les accusés dans la "bataille des chameaux"
:
Poll
Do you like our new Vivvo look & feel?

Egypte: acquittement confirmé pour les accusés dans la "bataille des chameaux"

image

     
       Un tribunal égyptien a rejeté mercredi  n recours du Parquet contre l'acquittement de responsables de l'ancien régime,  accusés d'être impliqués dans l'un des épisodes de violence les plus connus du  soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak début 2011.    Cette décision est un revers pour le président Mohamed Morsi, qui avait  promis que les accusés seraient rejugés et que justice serait rendue pour les  personnes tuées pendant la révolte.    Les 24 accusés, dont font partie deux piliers de l'ancien régime --les  anciens présidents de l'Assemblée du peuple et du Sénat-- avaient été acquittés  en octobre après un long procès.    "La Cour de Cassation (...) a rendu un verdict définitif appuyant la  décision de la cour pénale d'acquitter tous les accusés dans l'affaire du  meurtre de manifestants les 2 et 3 février" 2011, a rapporté l'agence  officielle Mena.    Le 2 février 2011, en pleine révolte et à la surprise générale, des  partisans du président avaient fait irruption à cheval et à dos de chameau sur  la place Tahrir, l'épicentre de la révolte dans le centre du Caire, chargeant  les manifestants exigeant le départ du régime.    Rapidement encerclés par la foule, ils avaient été désarçonnés et battus  tandis que leurs montures s'enfuyaient.    M. Moubarak a finalement démissionné sous la pression le 11 février 2011  après 18 jours de manifestations, au cours desquels près de 850 personnes ont  été tuées et plus de 6.000 blessées.    L'ancien président a été condamné à la réclusion à perpétuité pour sa  responsabilité dans la mort de manifestants, mais le verdict a été annulé par  la Cour de cassation. Il sera rejugé à partir de samedi.    M. Morsi, qui a lui-même fait face à plusieurs flambées de violences  meurtrières, a été critiqué pour ne pas avoir fait juger d'anciens responsables  de l'ère Moubarak.    Mais il a aussi été accusé d'ingérence dans les affaires de la justice,  surtout après avoir limogé le Procureur général nommé par M. Moubarak. 

nombre de lectures:436

Ajouter à: Add to your del.icio.us Digg this story Add to Facebook Googlize this post! Post to Myspace technorati Add to Windows Live Add to Yahoo MyWeb Reddit this Post to Myspace Add to Twitter Add to Furl

Commentaires (0 posté):

Postez votre commentaire comment