Accueil | Actualité | Enregistrements du tueur Merah: la chaîne de se justifie, familles scandalisées
:
Poll
Do you like our new Vivvo look & feel?

Enregistrements du tueur Merah: la chaîne de se justifie, familles scandalisées

image

La diffusion par une télévision française  d'extraits de discussions entre le tueur Mohamed Merah et la police française  qui l'assiégeait a suscité lundi la colère des famille des victimes, la chaîne  se justifiant en mettant en avant leur rôle informatif.    TF1 a diffusé dimanche soir ces extraits où l'on entend expliquer ses  crimes d'un ton posé ce Franco-Algérien de 23 ans, qui a abattu entre le 11 et  le 19 mars à Toulouse et Montauban (sud-ouest) trois militaires d'origine  maghrébine et quatre personnes de confession juive, dont trois enfants.    "On comprend parfaitement le choc et la violence pour les familles des  victimes d'entendre la voix de celui qui a assassiné un des leurs", a expliqué  la directrice de l'information du groupe TF1, Catherine Nayl. "Mais nous  l'avons fait en conscience parfaite de ce que cela pouvait avoir comme valeur  informative", poursuit-elle.    Ces extraits datés des 21 et 22 mars contenaient "des informations très  importantes sur la façon dont les hommes du Raid (police d'élite) ont négocié"  durant le siège de son appartement à Toulouse qui a duré 32 heures, a-t-elle  justifié.    "Je pense que ce document prouve que jusqu'au bout (...), les négociateurs  ont essayé d'arrêter Mohamed Merah, et de l'arrêter vivant" avant finalement  qu'il ne soit abattu le 22 mars lors de l'assaut de l'appartement, a-t-elle  poursuivi. "On comprend dans ce document aussi que Mohamed Merah, avec un  sang-froid et une détermination absolue (...), s'est construit un personnage",  ajoute-t-elle.    Dans ces enregistrements, Merah affirme être prêt à poursuivre dans sa  folie meurtrière, assure être en liens avec Al-Qaïda et le grand banditisme,  parle de ses voyages en Afghanistan et au Pakistan, et explique comment il a  trompé la vigilance des services de renseignements qui le surveillaient.    A un agent de la Direction centrale des renseignements intérieurs (DCRI)  rencontré au retour d'un de ses voyages au Pakistan, il dit: "Quand tu m'as  convoqué, quand j'étais dans vos bureaux, j'étais en contact avec eux (les  membres d'Al-Qaïda, ndlr), je les avais trouvés (...) Je crois que c'est une  des plus grandes erreurs de ta carrière."
   
 
 Algerie - ennaharonline

nombre de lectures:770

Ajouter à: Add to your del.icio.us Digg this story Add to Facebook Googlize this post! Post to Myspace technorati Add to Windows Live Add to Yahoo MyWeb Reddit this Post to Myspace Add to Twitter Add to Furl

Commentaires (0 posté):

Postez votre commentaire comment