L'UE s'inquiète pour un détenu palestinien d'Israël en grève de la faim

  La chef de la diplomatie européenne  Catherine Ashton suit avec "grande inquiétude" la détérioration de l'état de  santé d'un Palestinien détenu sans jugement par Israël et en grève de la faim depuis 63 jours, a indiqué un communiqué publié samedi. "La Haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères suit avec  grande inquiétude les informations sur la détérioration de l'état de santé de  Khader Adnane, un Palestinien placé en détention administrative en Israël qui  poursuit une grève de la faim depuis la mi-décembre", selon ce communiqué.   Il s'agit de la plus longue grève de la faim d'un détenu palestinien, selon  des sources officielles palestiniennes.  Mme Ashton demande au gouvernement israélien "de faire tout ce qu'il peut  pour préserver la santé de Khader Adnane", a également souligné le communiqué  tout en exprimant sa "préoccupation" concernant "l'usage extensif des  détentions administratives par Israël".  "Les détenus ont le droit d'être informés des véritables charges qui pèsent  sur eux ainsi qu'à un juste procès", a indiqué le communiqué.    Placé en détention administrative, Khader Adnane a été arrêté en décembre  par l'armée israélienne près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, où il était porte-parole du Jihad islamique, un mouvement radical. Il est en  grève de la faim depuis le 18 décembre.   Son avocat Jawad Boulos a saisi mercredi la Cour suprême israélienne, après  le rejet de la demande de remise en liberté de son client par un tribunal  militaire le 13 février.   Selon la loi israélienne, héritée du mandat britannique, un suspect peut  être maintenu jusqu'à six mois sans inculpation en détention administrative,  renouvelable indéfiniment.

 

 

 

Algérie- ennaharonline

COMMENTAIRES