Accueil | International | Somalie: le Parlement élit un nouveau président pour tenter de sortir du chaos
:
Poll
Do you like our new Vivvo look & feel?

Somalie: le Parlement élit un nouveau président pour tenter de sortir du chaos

image

   
Le Parlement somalien a élu mardi à  Mogadiscio, sous haute protection militaire, son nouveau président, Mohamed  Osman Jawari, une étape importante en vue de doter de nouvelles institutions un  pays plongé dans la guerre civile depuis 1991.    "Après une élection couronnée de succès et menée dans la transparence, je  déclare Mohamed Osman Jawari président du Parlement de Somalie", a annoncé le  doyen d'âge de l'hémicycle, Musse Hassa Abdulle.    Epaisses lunettes, barbiche et cheveux blancs, Mohamed Osman Jawari est un  ancien ministre du temps du président Siad Barre, renversé en 1991.    Il n'avait plus occupé de fonction politique de premier plan, jusqu'à ce  qu'il préside ces derniers mois la commission constitutionnelle qui a élaboré  une nouvelle Loi fondamentale pour ce pays dévasté de la Corne de l'Afrique.    M. Jawari est arrivé largement en tête du premier tour de scrutin avec 119  voix, contre 77 pour son suivant immédiat, Ali Khalif Galayr. Ce dernier a  alors annoncé son retrait de la course, rendant inutile la tenue d'un second  tour.    M. Jawari est originaire de la ville de Baïdoa, dans le sud du pays,  longtemps un bastion des islamistes shebab en guerre contre les autorités  somaliennes, repris cette année par les forces progouvernementales.    Il est issu du clan des Rahanweyn, un des quatre principaux clans somaliens  dont l'entente est indispensable pour pouvoir assurer un minimum de stabilité.    Le Parlement somalien doit se réunir à nouveau, a priori la semaine  prochaine, pour élire le nouveau président de la République, l'échéance la plus  attendue par la communauté internationale, qui s'efforce de contribuer à la  stabilisation du pays.    Les députés ont cependant tenu leur session mardi non pas au Parlement,  mais dans les locaux de l'Ecole nationale de police, près du port, sous haute  protection armée, preuve de la volatilité de la situation.    "Il n'y a pas de place ici pour les fauteurs de troubles car la sécurité  est assurée de façon sérieuse", se félicitait auprès de l'AFP Abdi Mohamud, un  jeune officier de police    Le nouveau Parlement avait déjà tenu sa session inaugurale le 20 août sur  l'aéroport ultra-sécurisé de Mogadiscio, pour des raisons de sécurité.    Le fait même que la nouvelle assemblée se réunisse dans la capitale  somalienne est vue comme une avancée par les parlementaires. Les deux  précédents Parlements dits "de transition" avaient été investis en 2000 à Arta  (Djibouti), puis en 2004 à Nairobi (Kenya), en raison du chaos sécuritaire en  Somalie.    Cette fois-ci, 228 députés, sur les 260 désignés à ce jour par un collège  de 135 chefs coutumiers -- ils seront à terme 275 -- étaient réunis à  Mogadiscio et voulaient croire qu'ils incarnaient un nouveau départ pour la  Somalie.    "Nous sommes réunis ici pour désigner un nouveau président du Parlement", a  déclaré à l'AFP un de ces parlementaires, Mustaf Dhuhulow. "Tout est prêt pour  ce processus".    Les précédentes institutions mises en place depuis 2000 ont toutes échoué à  asseoir leur autorité, et la plupart des analystes doutent du succès de cette  nouvelle tentative.    Les nouvelles autorités mises en place avec retard -- le processus aurait  dû être bouclé le 20 août -- doivent se substituer aux institutions de  transition en poste depuis 2004, qui n'ont jamais réussi à imposer leur  autorité au-delà de quelques quartiers centraux de Mogadiscio.    La sécurité s'est cependant nettement améliorée à Mogadiscio depuis que les  shebab en ont été chassés par une force de l'Union africaine en août 2011,  avant de perdre la plupart de leurs bastions du sud et du centre devant une  offensive menée par des soldats éthiopiens et kényans.    Le président sortant Cheikh Sharif Cheikh Ahmed, élu en 2009 après avoir  rallié les institutions de transition qu'il combattait auparavant à la tête  d'une rébellion islamique, est l'un des favoris du prochain scrutin  présidentiel.    Ses plus sérieux adversaires semblent son Premier ministre, Abdiweli  Mohamed Ali, et le président du Parlement sortant, Sharif Hassan Sheikh Adan.

nombre de lectures:523

Ajouter : Add to your del.icio.us Digg this story Add to Facebook Googlize this post! Post to Myspace technorati Add to Windows Live Add to Yahoo MyWeb Reddit this Post to Myspace Add to Twitter Add to Furl

Commentaires (0 post):

Postez votre commentaire comment