L'Egypte, la paix et l'Iran au menu des entretiens Netanyahu-Clinton


       Le Premier ministre israélien Benjamin  Netanyahu a jugé primordial lundi de préserver le traité de paix de 1979 avec  l'Egypte lors d'un entretien avec la secrétaire d'Etat américaine Hillary  Clinton, devant porter également sur la paix au Proche-Orient et l'Iran.    "Je suis impatient de connaître vos impressions sur l'Egypte, ce pays qui a  été l'ancre de la paix", a affirmé M. Netanyahu à son hôte, arrivée dimanche  soir d'Egypte où elle a rencontré le nouveau président, l'islamiste Mohamed  Morsi.    "Maintenir le traité de paix (avec l'Egypte) est quelque chose de  primordial dans nos esprits, et j'apprécie vos efforts" en ce sens, a-t-il dit.    Les discussions doivent également porter sur les négociations avec les  Palestiniens, au point mort depuis près de deux ans.    "Nous devons déployer tous les efforts possibles pour préserver le calme et  voir si nous pouvons aller de l'avant", a affirmé M. Netanyahu.    Les dirigeants palestiniens exigent pour reprendre les pourparlers  qu'Israël cesse la colonisation des territoires occupés depuis 1967 et accepte  les frontières d'avant 1967 comme base de discussions. Mais l'Etat hébreu  rejette ces revendications et dit vouloir des négociations "sans condition  préalable".    "En troisième lieu, nous devons poursuivre notre commun effort pour  empêcher que l'Iran parvienne à réaliser son ambition de se doter de l'arme  nucléaire", a encore dit M. Netanyahu.    Evoquant "une période de changements sans précédent, et beaucoup de défis"  au Proche-Orient, Mme Clinton lui a répondu que les Etats-Unis entendaient  "continuer à se concerter étroitement avec Israël, comme nous le faisons sur  une base quasi-quotidienne au niveau de nos deux gouvernements".    Il s'agit "de tracer le meilleur chemin pour avancer vers la paix et la  stabilité en Israël, aux Etats-Unis, dans la région et dans le monde", a-t-elle  jouté.
   
 
 Algerie - ennaharonline
COMMENTAIRES