Le pétrole évolue en hausse à New York, encore dopé par l'Iran

  Les cours du pétrole évoluaient en  hausse vendredi à New York, toujours dopés par des inquiétudes pour l'approvisionnement liées aux tensions au Moyen-Orient et par des indicateurs  américains encourageants.  Vers 14H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en  avril gagnait 1,00 dollar par rapport à jeudi sur le New York Mercantile  Exchange (Nymex), à 108,83 dollars. Les cours du brut continuent à monter car ils sont "portés par les tensions  actuelles au Moyen-Orient et par un regain d'optimisme dû à la publication de  chiffres de l'emploi (jeudi) signalant une tendance persistante à la baisse des inscriptions au chômage", a résumé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. "Ces tensions font que les vendeurs limitent leurs ventes, et les acheteurs  (qui affluent) tendent à faire monter le marché", a précisé le courtier. Téhéran menace d'interrompre immédiatement ses approvisionnements d'or noir  à l'Europe, bien avant la mise en place en juillet de l'embargo de l'Union  européenne. A la suite de l'Europe, le Japon (deuxième plus gros client de  l'Iran) aurait désormais l'intention de réduire ses importations de brut  iranien, ce qui exacerbe les tensions sur le marché mondial.   Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage se sont  maintenues la semaine dernière à leur plus bas niveau depuis début mars 2008.    La hausse des cours, qui évoluent depuis le début de la semaine à des  sommets plus vus en neuf mois, n'est pas inhabituelle, selon les analystes.    "C'est tout à fait normal vu les craintes que provoquent ces tensions  géopolitiques mais aussi vu les interruptions potentielles d'approvisionnement au Soudan et au Nigeria", a estimé M. Lipow.  "Les chiffres plutôt baissiers des stocks américains ont été encore une  fois largement ignorés", a constaté de son côté Matt Smith, de Summit Energy  (Schneider Electric).   Les chiffres des réserves de brut aux Etats-Unis publiés jeudi par le  département américain de l'Energie (DoE) ont révélé une hausse de 1,6 million  de barils lors de la semaine achevée le 17 février, trois fois plus forte que  prévu par les analystes.

  

 

Algérie – ennaharonline

 

 

 

 

COMMENTAIRES