Accueil | économie | Espagne: Rajoy sort de son silence, poussé par la BCE à demander de l'aide
:
Poll
Do you like our new Vivvo look & feel?

Espagne: Rajoy sort de son silence, poussé par la BCE à demander de l'aide

image

 Le chef du gouvernement  espagnol, Mariano Rajoy, dresse vendredi le bilan de ses premiers mois au  pouvoir, marqués par une rigueur restée sans effet sur la mauvaise santé  financière du pays, en pleine déroute et qui ne semble plus pouvoir éviter un  sauvetage de son économie.    "L'Espagne est acculée à mener à bien toutes les réformes imposées par  l'Europe et à demander un humiliant second sauvetage, une demande qui devrait  se produire dès aujourd'hui si Rajoy veut éviter un châtiment extrême des  marchés", affirme vendredi le quotidien El Pais.   Le chef du gouvernement de droite, habituellement silencieux depuis qu'il a  pris les rênes du pays en décembre, s'apprêtait à défendre devant la presse un  bilan qui se traduit en chiffres désastreux: presque 25% de chômeurs, une  récession qui s'aggrave, une dette publique qui s'emballe.    Pressé d'appeler à l'aide ses partenaires européens, Mariano Rajoy a encore  balayé jeudi d'un revers de main les propos du président de la Banque centrale  européenne, Mario Draghi, qui a lié toute intervention de la BCE sur le marché  de la dette à de nouveaux efforts budgétaires des pays les plus fragiles, comme  l'Espagne et l'Italie.    Un scénario dont l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, refuse  officiellement d'entendre parler, en appelant régulièrement à la BCE pour  qu'elle reprenne son programme d'achat de dette, sans plus, afin de détendre  les marchés et aider le pays à se financer.    Après avoir dû plier en juin, et demander à la zone euro une aide pour ses  banques, qui ira jusqu'à cent milliards d'euros, après avoir annoncé en juillet  un tour de vis budgétaire d'une rigueur sans précédent - 65 milliards d'euros d'économies avant fin 2014 - Mariano Rajoy a reçu jeudi la visite de son  homologue italien Mario Monti.    Au menu: convaincre l'Espagne de demander l'aide du fonds de secours  européen. Une option que rejette Madrid, craignant de se voir imposer de  nouvelles conditions intenables.    Dans ce contexte, les propos la semaine dernière de Mario Draghi se disant  prêt à tout faire pour sauver la zone euro avaient nourri de nouveaux espoirs,  immédiatement déçus jeudi par l'absence de mesures concrètes à l'issue de la  réunion, à Francfort, des gouverneurs de la BCE.    "Une fois encore, des promesses renouvelées et une absence d'action",  relevaient vendredi les analystes de Renta4.    Immédiatement, les marchés, boursier comme obligataire, ont plongé.  Vendredi matin, les taux d'emprunt à dix ans de l'Espagne restaient au-dessus  des 7%, le seuil jugé insoutenable à long terme, et ceux de l'Italie à plus de  6%.    Combien de temps l'Espagne résistera-t-elle?    "Les événements de la dernière semaine mettent en évidence, une fois de  plus, le manque de souplesse qui existe dans la zone euro pour résoudre les  problèmes financiers de la région, une lenteur qui retarde beaucoup trop la  prise de décisions, provoquent des problèmes qui s'enracinent et s'aggravent",  avertissant les analystes de Link Securities.    "Draghi pousse Rajoy vers des mesures de rigueur dures", répondait vendredi  le quotidien El Mundo.    "Son intervention jeudi a été un vrai coup de massue pour Rajoy et Monti.  Le président de la BCE a dit justement ce que tous deux ne voulaient pas  entendre: que leurs gouvernements doivent solliciter l'achat de dette par les  fonds de secours européens sous une +stricte conditionnalité+", soulignait le  journal.    Pris en tenailles entre les pressions de ses partenaires et un  mécontentement social grandissant, Mariano Rajoy sort de son silence vendredi  pour une de ses très rares conférences de presse, hormis celles qu'il donne  lors des visites d'hôtes étrangers.    Une absence qui lui a valu nombre de critiques: en juin, il avait ainsi  laissé son ministre de l'Economie Luis de Guindos faire face au pays pour  annoncer que l'Espagne allait demander une aide pour ses banques et nier,  contre toute évidence, que celle-ci serait assortie de conditions  macro-économiques.
  
 
Algerie - ennaharonline
 
 

nombre de lectures:2705

Ajouter à: Add to your del.icio.us Digg this story Add to Facebook Googlize this post! Post to Myspace technorati Add to Windows Live Add to Yahoo MyWeb Reddit this Post to Myspace Add to Twitter Add to Furl

Commentaires (0 posté):

Postez votre commentaire comment