Accueil | économie | Le réchauffement climatique en Antarctique sera moins marqué que prévu
:
Poll
Do you like our new Vivvo look & feel?

Le réchauffement climatique en Antarctique sera moins marqué que prévu

image

   
 Le réchauffement climatique dans  l'Antarctique sera "moins marqué" que prévu grâce à l'augmentation des chutes  de neige, ont découvert des chercheurs d'un laboratoire grenoblois.    "Les prévisions du réchauffement devraient être revues à la baisse de 0,5°C  pour le centre du continent austral", affirme dans un communiqué publié lundi  le CNRS, se fondant sur des études du Laboratoire de glaciologie et géophysique  de l'environnement de Grenoble et de l'Université de Laval (Canada).    Les chercheurs ont mis en évidence le fait que la hausse des températures  dans l'Antarctique impliquera des précipitations accrues et donc, une neige  plus "blanche" qui réduira l'amplitude du changement climatique dans le centre  du continent.    Alors que sous l'effet de températures élevées, l'albédo (blancheur de la  neige), chargée d'absorber l'énergie solaire, diminue et provoque en  conséquence une augmentation des températures, les scientifiques ont découvert  que le phénomène pouvait être "partiellement compensé" par l'augmentation des  chutes de neige.    Grâce à des satellites observant la surface de l'Antarctique, les  chercheurs ont en effet montré que pendant les étés marqués par des chutes de  neige fortes, l'albédo n'avait pas changé significativement et que la surface  était recouverte de fines particules de neige se renouvelant constamment.   Or, à l'avenir, sous l'effet du réchauffement climatique, "on peut  s'attendre à une augmentation de la précipitation neigeuse en Antarctique",  explique le CNRS.    Dans la cas où la température du continent s'élèverait de 3°C,  l'accroissement des précipitations augmenterait suffisamment l'albédo pour  compenser sa diminution liée à la montée des températures.    "Ainsi, malgré un réchauffement important de l'Antarctique, l'albédo ne  variera que très peu sur une grande partie de ce continent", conclut le Centre  national de recherche scientifique.    Ces travaux, qui ont été publiés dans la revue Nature climate change,  "permettront notamment d'améliorer la prise en compte de la neige dans les  modèles utilisés pour prévoir l'évolution du climat mondial", estime le CNRS.
 
 
 Algerie - ennaharonline

nombre de lectures:1417

Ajouter : Add to your del.icio.us Digg this story Add to Facebook Googlize this post! Post to Myspace technorati Add to Windows Live Add to Yahoo MyWeb Reddit this Post to Myspace Add to Twitter Add to Furl

Commentaires (0 post):

Postez votre commentaire comment