Accueil | économie | Le FMI attend les contributions des pays émergents au G20
:
Poll
Do you like our new Vivvo look & feel?

Le FMI attend les contributions des pays émergents au G20

image


    

 Les pays émergents pourraient lundi  préciser leur contribution à l'effort collectif pour renforcer les moyens du  Fonds monétaire international, au premier jour d'un sommet du G20 qui s'ouvre à  Los Cabos (Mexique).    Le FMI a jusque-là amassé plus de 430 milliards de dollars promis par la  zone euro et d'une vingtaine d'autres pays, pour garnir ses coffres dans un  contexte de crise.    Cinq membres du G20 ont laissé dans le flou le montant de leur  contribution: Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Russie.    Les cinq pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud)  doivent se réunir lundi avant l'ouverture du sommet à vingt.    Le vice-ministre chinois des Finances, Zhu Guangyao, a indiqué dimanche que  ce groupe communiquerait à Los Cabos un chiffre à leurs homologues du G20.    Mais d'après une source proche des négociations, la contribution des BRICS  au FMI était encore négociée dimanche en fin de journée. "Il pourrait y avoir  une annonce demain (lundi). Mais nous n'avons toujours pas d'assurance. Ce sera  discuté à la réunion" de lundi, a affirmé dimanche cette source.    Les BRICS sont en effet dans un exercice délicat.    Depuis que le FMI s'est lancé en décembre dans une collecte d'argent frais,  ces émergents ont insisté pour que cet argent suive, et non précède, de  profondes réformes en Europe. Or la pression est forte pour que ces sommes  arrivent tout de même, même si le rythme de ces réformes pour redresser les  économies en difficulté de la zone euro a été décevant.    En Chine par exemple, "le président Hu (Jintao) a du mal à justifier  d'engager les ressources du pays pour amortir la baisse du niveau de vie des  riches habitants de la zone euro", relève Carl Weinberg, du cabinet High  requency Economics.    "Nous sommes convaincus que les pays européens peuvent compter sur  eux-mêmes pour démêler ses problèmes", soulignait dimanche le vice-ministre  chinois, M. Zhu.    Toutefois, assurait-il, "la Chine ne sera pas absente", et de son point de  vue "une telle contribution sera considérée comme un investissement parce que  les pays qui contribuent se feront verser des intérêts".    Les contributions au FMI se font par le biais de prêts avec un taux  d'intérêt variable en fonction de taux d'emprunts d'Etat. Il est actuellement  négligeable: 0,12%.    Par ailleurs, le Brésil a fortement insisté pour que l'apport de ressources  offre aux Etats membres volontaires une contrepartie en matière de pouvoir au  sein du FMI. Il n'a pas été entendu jusqu'ici.    Selon le dernier point sur ses finances hebdomadaires, l'institution peut  encore engager 380 milliards de dollars pour ses Etats membres.    Plusieurs membres du G20 n'ont pas répondu à l'appel pour augmenter ce  chiffre: l'hôte mexicain lui-même, trois puissances du G7 (Etats-Unis,  Grande-Bretagne et Canada), et l'Afrique du Sud, l'Argentine, l'Australie, la  Russie et la Turquie.    Certains pourraient faire partie de ces "autres pays" contributeurs cités  par le FMI sans être nommément désignés.

 

 

 

Algerie - ennaharonline

nombre de lectures:1457

Ajouter à: Add to your del.icio.us Digg this story Add to Facebook Googlize this post! Post to Myspace technorati Add to Windows Live Add to Yahoo MyWeb Reddit this Post to Myspace Add to Twitter Add to Furl

Commentaires (0 posté):

Postez votre commentaire comment