Accueil | Culture | L'écrivain franco-libanais Amin Maalouf reçu jeudi à l'Académie française
:
Poll
Do you like our new Vivvo look & feel?

L'écrivain franco-libanais Amin Maalouf reçu jeudi à l'Académie française

image

 

    
 L'écrivain franco-libanais Amin Maalouf  sera reçu jeudi en grande pompe à l'Académie française, paré de son habit vert  et de son épée d'immortel ornée des symboles de sa double culture : "un grand  bonheur, un beau rituel mais une cérémonie intimidante", confie-t-il à l'AFP.    "Cette cérémonie, probablement la plus intimidante de toutes, je  l'apprécierai mieux quand elle sera devenue un souvenir lumineux. La vivre est  forcément une épreuve. Mais je l'ai désirée, et je m'efforcerai de la traverser  sans que mon angoisse n'étouffe mon bonheur", sourit Amin Maalouf, élu le 23  juin 2011 pour succéder à Claude Lévi-Strauss au fauteuil 29, après deux  tentatives malheureuses en 2004 et 2007.    Devant ses pairs, sa famille et un parterre de personnalités françaises et  étrangères, le nouvel immortel fera selon la tradition l'éloge de son  prédécesseur dans la prestigieuse institution chargée de veiller sur la langue  française, en élaborant notamment son dictionnaire.    "J'ai commencé à réfléchir à ce discours à l'instant où j'ai appris que  j'avais été élu", dit-il. "Je me suis plongé dans l'oeuvre de Claude  Lévi-Strauss comme si je l'abordais pour la première fois". Tout aussi  importantes que ces lectures "ont été les conversations que j'ai eues avec sa  veuve Monique Lévi-Strauss".    "Grâce à elle, mon discours sera centré sur l'homme plus encore que sur  l'oeuvre", souligne l'écrivain de 63 ans.    Son épée comporte une Marianne et un Cèdre du Liban, en deux médaillons de  même taille, une sculpture représentant l'enlèvement d'Europe, princesse  phénicienne, par le dieu Zeus déguisé en taureau.    "J'y vois le symbole des relations fort anciennes entre l'Occident et le  Levant", explique l'auteur.    Sur la lame sont gravés d'un côté les prénoms de sa femme et de ses trois  fils, de l'autre les premiers mots d'un poème composé par son père.
    

 

 Algerie - ennaharonline

nombre de lectures:1259

Ajouter à: Add to your del.icio.us Digg this story Add to Facebook Googlize this post! Post to Myspace technorati Add to Windows Live Add to Yahoo MyWeb Reddit this Post to Myspace Add to Twitter Add to Furl

Commentaires (0 posté):

Postez votre commentaire comment